Archives

Le secteur des fonds d’investissement est mûr pour des exigences plus poussées en matière de divulgation d’honoraires

À la suite de la réussite du deuxième volet du modèle de relation client-conseiller (« MRCC2 »), l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC) est d’avis qu’il est temps de pousser plus loin la question de transparence des honoraires. En avril 2017, l’IFIC a informé les organismes de réglementation canadiens qu’il est temps que l’industrie passe à l’étape suivante et offre une plus grande transparence en matière de ratios des frais de gestion (« RFG »).

Revenons brièvement sur la longue histoire du MRCC et les coûts composant les RFG.

L’historique du MRCC

Le MRCC est une série d’initiatives axées sur l’amélioration de la transparence entre les investisseurs et le secteur des services financiers.

Le MRCC1 est entré en vigueur il y a maintenant près d’une décennie. Le MRCC1 a harmonisé les exigences d’inscription dans l’ensemble du secteur et a obligé les sociétés à normaliser la divulgation des renseignements de base ayant une incidence sur la relation client-conseiller, notamment :

  • les types de produits vendus;
  • le mode d’évaluation de la convenance;
  • les obligations du courtier;
  • les responsabilités des investisseurs;
  • la rémunération;
  • les conflits d’intérêts.

Ensemble, ces renseignements importants forment le document d’information sur la relation.

Dans le cadre du MRCC2, en vigueur depuis maintenant quatre ans, les investisseurs reçoivent de nouveaux relevés annuels personnalisés qui présentent de l’information détaillée sur les frais qu’ils paient et sur le rendement de leurs placements. Les nouveaux rapports sont les suivants :

  • « Rapport sur les frais et les autres formes de rémunération » – divulgue les détails des frais payés directement ou indirectement par les investisseurs à leurs conseillers ou sociétés, en dollars et en cents (et non en pourcentage).
  • « Rapport annuel sur le rendement des placements » – présente le taux de rendement personnel de l’investisseur sur des périodes définies.

RFG

Les RFG sont les frais imposés par les émetteurs de fonds d’investissement pour payer les dépenses liées à la gestion du fonds. Habituellement, une partie de ces frais sont versés aux courtiers/conseillers pour les conseils professionnels et les services qu’ils offrent à leurs clients. Cliquez sur l’image pour visualiser un graphique portant sur la ventilation des RFG.

sa

Dans le cadre du MRCC2, la rémunération du courtier ou du conseiller est divulguée dans le rapport de coûts. L’IFIC est d’avis que la divulgation complète des RFG en dollars et en cents permettra une plus grande transparence et plus de clarté. Si le secteur souhaite que les investisseurs comprennent bien le montant des frais qu’ils versent dans le cadre de leurs placements, la divulgation améliorée est la prochaine étape logique.

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet du modèle de relation client-conseiller, suivez notre cours de formation continue ci-dessous. Modèle de relation client-conseiller – Phase 2 (MRCC2).

Ressources :

https://www.ific.ca/fr/news/investment-funds-industry-ready-to-tackle-crm3/

https://www.ific.ca/fr/ific-advisors/crm-tools-and-tips/


Se qualifier n’est que l’un des éléments permettant d’obtenir l’emploi que vous convoitez.

Quand on parle d’entrevues d’emploi, quelques règles de base s’appliquent, comme arriver à l’heure, s’habiller adéquatement, être confiant et parler clairement. Toutefois, les entrevues menant à un poste dans le domaine des services financiers comportent leurs propres défis. Plus vous vous préparez pour faire face à ces défis, meilleures sont vos chances d’obtenir cet emploi convoité dans le secteur des services financiers. Voici cinq conseils pour vous aider à vous préparer.

  • Recherche, recherche, recherche. Plus vous comprenez ce que comporte le poste ainsi que les responsabilités quotidiennes qui y sont rattachées, mieux vous serez préparé à répondre aux questions de l’interviewer sur la pertinence de votre candidature. Par exemple, si vous voulez travailler au sein des services administratifs d’un courtier ou d’un gestionnaire de patrimoine, parlez à des gens parmi vos connaissances qui ont œuvré dans ce domaine ou en association avec celui-ci. Dans le cadre de votre préparation, assurez-vous de noter quelques questions pour montrer que vous avez pris la peine de vous préparer.
  • Apprenez à connaître l’entreprise. En plus d’avoir une bonne idée du poste que vous convoitez, il est aussi utile de connaître les produits, les services, l’équipe de direction, l’histoire, la philosophie et même la situation financière de l’entreprise. La plupart de ces renseignements sont publiés sur le site Web de l’entreprise, mais n’hésitez pas à approfondir vos recherches. Vous pourriez peut-être même découvrir que vous connaissez quelqu’un au sein de l’entreprise.
  • Comprenez le secteur. Le domaine des services financiers est un secteur vaste et complexe. Quand vous prenez le temps de vous informer sur les différentes entreprises, leurs domaines de spécialisation et leurs forces et faiblesses particulières, cela vous aide à mettre en contexte l’entreprise auprès de laquelle vous avez posé votre candidature. Par conséquent, vous serez mieux préparé et plus confiant durant votre entrevue et pourrez poser de meilleures questions.
  • Préparez-vous à des questions précises. Bien des gens sont nerveux durant les entrevues officielles et ont du mal à réfléchir rapidement. Pour vous aider à vous préparer, essayez de prévoir les questions que l’on pourrait vous poser et réfléchissez à vos réponses. Voici des questions courantes : Qu’est-ce qui fait que ce poste vous convient? Veuillez indiquer votre plus grande force et le principal point à améliorer. Comment acceptez-vous la critique? Quels sont vos objectifs professionnels à long terme? Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi?
  • Soyez prêt à parler de rémunération. La plupart des employeurs souhaiteront probablement aborder le sujet de la rémunération afin de s’assurer que vous êtes sur la même longueur d’onde. La rémunération prend de nombreuses formes. Selon votre poste, vous pourriez recevoir une combinaison de salaire, de primes de rendement, de commissions et d’actions ou d’options d’achat d’actions de l’entreprise. Puis, il y a les prestations de maladie, les prestations de retraite, les régimes enregistrés d’épargne-retraite et d’autres éléments à prendre en considération. Si vous travaillez déjà dans le secteur, vous avez une idée de ce à quoi vous attendre. Dans le cas contraire, demandez à des gens que vous connaissez au sein du secteur ou consultez des sites d’emploi en ligne pour avoir une idée générale.

Bonne chance et rappelez-vous de (6) ne jamais renoncer à vos rêves!

Pour vous aider à trouver les postes qui vous conviennent le mieux, veuillez consulter le site : Perspectives d’emploi dans le secteur des services financiers. Puis, lorsque vous obtiendrez ce poste, assurez-vous de continuer de perfectionner vos connaissances et compétences. Pour savoir comment, consultez le site ifse.ca.


L’industrie canadienne des fonds communs de placement est fortement réglementée. Il existe plusieurs organismes qui s’assurent que toute l’industrie suit des règles et des normes semblables et agit de manière à protéger les investisseurs. Ces organismes régissent tout, du moment et du mode de diffusion de l’information sur un fonds, jusqu’aux normes auxquelles les conseillers doivent se conformer.

Commissions des valeurs mobilières

Les provinces et les territoires disposent de leur propre commission des valeurs mobilières, qui est un organisme gouvernemental réglementant la distribution et la vente de fonds communs de placement et d’autres titres dans la province ou le territoire en question.

Les personnes qui vendent des fonds communs de placement ou donnent des conseils à leur sujet doivent être inscrites auprès des commissions des valeurs mobilières des provinces ou des territoires dans lesquels elles choisissent d’exercer leurs activités.

Les entreprises qui agissent comme gestionnaires de fonds d’investissement doivent aussi être inscrites auprès de leurs commissions des valeurs mobilières, tout comme les entreprises et les particuliers qui agissent à titre de gestionnaires de portefeuille. Avant de pouvoir s’inscrire, tous doivent se conformer à certaines exigences en matière d’études et d’expérience.

Autorités canadiennes en valeurs mobilières

Chacune des commissions des valeurs mobilières provinciales et territoriales est également membre des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM), un organisme qui chapeaute les commissions et travaille à établir et à améliorer une certaine uniformité dans la réglementation des marchés financiers du Canada. Vous constaterez tout de même certaines différences dans la législation sur les valeurs mobilières d’une province ou d’un territoire à l’autre.

Organismes autoréglementés

Dans la plupart des provinces, les courtiers en épargne collective sont sous l’autorité de l’Association canadienne des courtiers de fonds mutuels (ACCFM). Tous les courtiers en épargne collective de ces provinces doivent être membres de l’ACCFM.

Les courtiers en valeurs mobilières doivent être membres de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) qui les régit.

Contrairement aux commissions des valeurs mobilières, l’ACCFM et l’OCRCVM ne sont pas des organismes gouvernementaux. Ces deux organismes sont supervisés par les commissions des valeurs mobilières, mais peuvent aussi imposer des règles plus strictes que les normes minimales établies par les lois sur les valeurs mobilières. Ils ont aussi le pouvoir d’enquêter sur des plaintes et de prendre des mesures d’application de la loi au besoin.

Au Québec, la Chambre de la sécurité financière supervise la formation et l’éthique des personnes agissant comme représentants en fonds communs de placement en créant un cadre pour leurs pratiques et leur perfectionnement professionnel.

Il est important que toutes les personnes et sociétés inscrites connaissent ces organismes et la réglementation qui régit leurs activités.


Étudiant participant : George Donnery

Cours de l’IFSE : Cours sur les fonds d’investissement au Canada (CFIC)

Au fil des années, le Cours sur les fonds d’investissement du Canada s’est avéré le cours de l’IFSE le plus populaire, et pour cause.

Ce cours permet de répondre aux exigences de compétence des commissions provinciales des valeurs mobilières pour l’inscription comme représentant en fonds communs de placement. Donc, si vous voulez devenir un conseiller qui peut vendre des fonds communs de placement à ses clients, le Cours sur les fonds d’investissement du Canada est tout indiqué. Cependant, bien d’autres personnes veulent suivre ce cours, parce qu’elles souhaitent travailler dans le secteur des services financiers ou y obtenir de l’avancement.

George Donnery en est un bon exemple. Il est représentant principal du service à la clientèle à la CIBC, en partie grâce aux connaissances spécialisées qu’il a acquises en suivant le Cours sur les fonds d’investissement du Canada.

Le conseil de George pour les autres étudiants qui suivent le CFIC

« Je suggère aux étudiants de profiter de tous les moyens qu’offre le cours pour faciliter l’apprentissage (p. ex., vidéos, tutoriels, contenu en ligne) afin d’élargir et d’approfondir leur compréhension de la matière. »

De quelle façon le CFIC a-t-il aidé M. Donnery dans ses tâches quotidiennes?

Découvrez comment en lisant l’étude de cas de George.

 

Les cours de l’IFSE peuvent vraiment faire une différence dans votre carrière

Les étudiants nous remercient souvent de leur avoir donné la compétence, le savoir-faire et (le cas échéant) une accréditation qui leur permettent de progresser dans leur carrière. Nous aimons avoir des nouvelles de nos étudiants et nous avons cru qu’il serait utile d’en présenter quelques-uns ainsi que la réussite professionnelle qu’ils ont été en mesure d’atteindre, notamment en suivant nos cours.

Nous avons créé une série de brèves études de cas présentant de vrais étudiants qui ont acquis un avantage concurrentiel en milieu de travail grâce à leur formation de l’IFSE. Nous espérons que ces études de cas vous plairont et vous donneront une idée plus précise de la manière dont les cours pratiques et complets de l’IFSE peuvent vous aider à progresser dans votre propre carrière.