Archives

Se qualifier n’est que l’un des éléments permettant d’obtenir l’emploi que vous convoitez.

Quand on parle d’entrevues d’emploi, quelques règles de base s’appliquent, comme arriver à l’heure, s’habiller adéquatement, être confiant et parler clairement. Toutefois, les entrevues menant à un poste dans le domaine des services financiers comportent leurs propres défis. Plus vous vous préparez pour faire face à ces défis, meilleures sont vos chances d’obtenir cet emploi convoité dans le secteur des services financiers. Voici cinq conseils pour vous aider à vous préparer.

  • Recherche, recherche, recherche. Plus vous comprenez ce que comporte le poste ainsi que les responsabilités quotidiennes qui y sont rattachées, mieux vous serez préparé à répondre aux questions de l’interviewer sur la pertinence de votre candidature. Par exemple, si vous voulez travailler au sein des services administratifs d’un courtier ou d’un gestionnaire de patrimoine, parlez à des gens parmi vos connaissances qui ont œuvré dans ce domaine ou en association avec celui-ci. Dans le cadre de votre préparation, assurez-vous de noter quelques questions pour montrer que vous avez pris la peine de vous préparer.
  • Apprenez à connaître l’entreprise. En plus d’avoir une bonne idée du poste que vous convoitez, il est aussi utile de connaître les produits, les services, l’équipe de direction, l’histoire, la philosophie et même la situation financière de l’entreprise. La plupart de ces renseignements sont publiés sur le site Web de l’entreprise, mais n’hésitez pas à approfondir vos recherches. Vous pourriez peut-être même découvrir que vous connaissez quelqu’un au sein de l’entreprise.
  • Comprenez le secteur. Le domaine des services financiers est un secteur vaste et complexe. Quand vous prenez le temps de vous informer sur les différentes entreprises, leurs domaines de spécialisation et leurs forces et faiblesses particulières, cela vous aide à mettre en contexte l’entreprise auprès de laquelle vous avez posé votre candidature. Par conséquent, vous serez mieux préparé et plus confiant durant votre entrevue et pourrez poser de meilleures questions.
  • Préparez-vous à des questions précises. Bien des gens sont nerveux durant les entrevues officielles et ont du mal à réfléchir rapidement. Pour vous aider à vous préparer, essayez de prévoir les questions que l’on pourrait vous poser et réfléchissez à vos réponses. Voici des questions courantes : Qu’est-ce qui fait que ce poste vous convient? Veuillez indiquer votre plus grande force et le principal point à améliorer. Comment acceptez-vous la critique? Quels sont vos objectifs professionnels à long terme? Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi?
  • Soyez prêt à parler de rémunération. La plupart des employeurs souhaiteront probablement aborder le sujet de la rémunération afin de s’assurer que vous êtes sur la même longueur d’onde. La rémunération prend de nombreuses formes. Selon votre poste, vous pourriez recevoir une combinaison de salaire, de primes de rendement, de commissions et d’actions ou d’options d’achat d’actions de l’entreprise. Puis, il y a les prestations de maladie, les prestations de retraite, les régimes enregistrés d’épargne-retraite et d’autres éléments à prendre en considération. Si vous travaillez déjà dans le secteur, vous avez une idée de ce à quoi vous attendre. Dans le cas contraire, demandez à des gens que vous connaissez au sein du secteur ou consultez des sites d’emploi en ligne pour avoir une idée générale.

Bonne chance et rappelez-vous de (6) ne jamais renoncer à vos rêves!

Pour vous aider à trouver les postes qui vous conviennent le mieux, veuillez consulter le site : Perspectives d’emploi dans le secteur des services financiers. Puis, lorsque vous obtiendrez ce poste, assurez-vous de continuer de perfectionner vos connaissances et compétences. Pour savoir comment, consultez le site ifse.ca.


Comme toute carrière, celle de conseiller financier exige une habileté à jongler avec différentes tâches et responsabilités chaque jour. Cela dit, avec l’aide de quelques conseillers financiers et du site Investopedia, nous avons assemblé une liste des principales tâches qu’un conseiller financier peut être appelé à réaliser au cours d’une journée de travail normale (après, bien sûr, avoir accompagné les enfants à l’école et promené le chien).

À son arrivée au travail le matin, le conseiller financier pourrait avoir à :

  • Servir des clients existants – Cela comprend les rencontres en personne, ainsi que les échanges téléphoniques et par courriel. Ces rencontres et échanges peuvent consister à simplement rassurer le client en ce qui concerne ses investissements, à l’informer sur les plus récents développements du marché financier, à effectuer l’examen annuel de son portefeuille et (ou) à lui offrir de nouveaux services (p. ex., planification fiscale ou successorale ou assurances). Il peut également s’agir de rencontres plus décontractées visant à discuter des changements que vit le client sur le plan de son style de vie, de son emploi, de son état matrimonial ou des besoins de ses enfants.
  • Rechercher de nouveaux clients – Il s’agit là d’une importante activité qui exige que le conseiller financier communique avec ses clients existants dans le but d’obtenir des références; se joigne à des centres d’influence (c.-à-d. d’autres professionnels, comme des avocats ou des comptables, qui lui donneront des références de clients dans l’espoir qu’il fasse de même pour eux); prenne part à des activités de développement commercial; commandite des événements et des activités; rende visite à des clients potentiels ou communique par téléphone avec eux pour offrir ses services et en expliquer la valeur.
  • Dîner – Un dîner peut permettre de renouer des liens avec un client, de rencontrer un client potentiel ou encore un centre d’influence.

Après le dîner, les tâches peuvent inclure les suivantes :

  • Planification financière – Le conseiller financier a également une obligation de vigilance concernant les types de services et de produits qu’il recommande à ses clients. Pour ce faire, il pourra, entre autres, échanger avec des gestionnaires de portefeuilles, s’informer sur les stratégies de réduction d’impôts et s’assurer de rester au fait des tendances de l’économie, du marché, de l’industrie et des produits.
  • Formation continue – L’apprentissage d’un conseiller financier ne se termine pas au moment de son inscription à titre de représentant en fonds communs de placement ou de l’obtention de son permis d’exercice pour vendre de l’assurance-vie. Nombreux sont ceux qui obtiennent d’autres titres et certificats, notamment celui de planificateur financier agréé (CFP) ou d’analyste financier agréé (CFA), une maîtrise en administration des affaires (MBA) ou autre. On s’attend du conseiller financier qu’il maintienne ou qu’il perfectionne ses connaissances au moyen de formation continue. Il se peut qu’on exige de lui un nombre minimal de crédits de formation continue chaque année. Habituellement, il pourra les obtenir par des cours en ligne ou en personne, des séminaires et des événements propres au secteur.

Bien entendu, la journée type d’un conseiller financier comporte d’autres éléments, notamment des tâches administratives, la rédaction ou la révision de billets de blogue ou de contenu destiné à des sites Web, la préparation en vue de rencontres avec des clients existants ou potentiels et, n’oublions pas, l’approvisionnement en café. Le conseiller financier qui réalise toutes ces tâches peut être assuré qu’il offre un service à valeur ajoutée à ses clients et qu’il répond adéquatement à leurs besoins financiers à court et à long terme.

Source : http://www.investopedia.com/articles/active-trading/072815/day-life-financial-advisor.asp